Architecture défensive

Architecture défensive


Les projets et travaux dirigés par l’ingénieur Estaban de Panón, en 1740, se concentrèrent sur la défense de l’entrée du port, dans le but de fortifier et d’équiper de différentes batteries côtières l’entrée du port du Carthagène, depuis la baie de Escombreras jusqu’à La Algameca. Il s’agissait d’un système défensif composé de plusieurs batteries qui se complétaient entre elles et étaient au nombre de neuf:

  • Sur le “front droit”, San Fulgencio (ou El Collado), pointe de la Podadera, fort de Navidad, Espalmador (ou Los Apóstoles).
  • Sur le “front gauche”, San Leandro, San Isidoro et Santa Florentina, fort de Santa Ana, et Trincabotijas.

Feringán et Zermeño
Le projet défensif de Panón laissait l’arsenal sans défense. Feringán Cortes prit en charge les travaux et lança un projet global pour la base navale et l’arsenal. Charles III donna l’ordre à Zermeño, dont les fortifications furent:
- Atalaya
- Galeras
- De los Moros
- San Julián

Plan de défense de 1860 ou Plan O’Donnell
Les travaux portèrent essentiellement sur la transformation des batteries de l’entrée du port, qui protégeaient le “front droit”. Cet ensemble défensif englobait le château de Galeras, les batteries de General Fajardo, Podadera, San Fulgencio et le fort de Navidad, en plus du fort de Despeñaperros, situé en ville.

Plan de défense de 1884
Le développement rapide des cuirassés provoqua une nouvelle fois l’obsolescence des batteries et entraîna la mise en place du Plan de défense de 1884, en vertu duquel furent installés des canons Krupp dans les batteries de Santa Ana Complementaria, Trincabotijas Baja et La Podadera, en plus d’obus Ordóñez dans les batteries de Fajardo. Tout cela conduisit à une reformulation de l’architecture des batteries côtières, qui furent dotées de casemates en béton, pour être plus résistantes, en même temps qu’elles étaient réduites en hauteur, afin d’offrir moins de prise aux coups de feu de l’ennemi.

Plan de défense 1912-1913
Le principal objectif de ce plan était de protéger l’arsenal et son port de refuge, destinés à la réparation de l’escadre. En ce qui concerne la défense du front maritime, les limites des défenses furent élargies, avec le déploiement de batteries de gros calibre depuis Cabo Tiñoso jusqu’à Cabo de Agua.

Plan de défense de 1926 Primo de Rivera
Le développement constant des cuirassés et l’apparition de l’aviation amenèrent une fois encore à réformer les défenses de la base navale de Carthagène. Dans le cadre du plan de Primo de Rivera, ou Plan de défense maritime de 1926, les batteries côtières étaient déployées en groupes de 3: une batterie antiaérienne dotée de quatre canons AA 105/45, pour parer aux offensives de l’aviation ennemie, une batterie équipée de deux canons Vickers de 38,1cm (les plus puissants de l’époque) et une batterie pourvue de quatre canons de 15,24cm.