Sculptures

Charles III

Le buste de Charles III est situé à côté de l¿une de ses œuvres les plus significatives, la muraille, au pied de l¿escalier principal des Services généraux et devant la plaque commémorative des travaux de fortification.

Le buste a été réalisé par José Torres Guardia. Il a été inauguré par le roi Juan Carlos Ier, le 12 juin 1990, et a été financé par la confrérie California.

La figure de Charles III s¿est avérée fondamentale pour Carthagène. Celui-ci acheva le système défensif de la zone portuaire: il fit construire la muraille de la mer, en 1766, la nouvelle caserne du roi, le parc d¿artillerie et termina les travaux de l¿arsenal, en 1782. Il est également à l¿origine des châteaux de Galeras, La Atalaya, Los Moros et San Julián.

Carmen Conde

À l¿occasion du Ier centenaire de la naissance de l¿écrivaine et académicienne de Carthagène, Carmen Conde Abellán, la ville de Carthagène, par le bais de la fondation Carmen Conde ¿ Antonio Oliver, installa dans la rue du centre-ville appelée d¿El Carmen Rue, face à l¿église du même nom, cette sculpture en bronze de l¿écrivaine.

La statue représente Carmen Conde, grandeur nature, assise sur un banc, un livre entre les mains et souriant légèrement. À l¿un de ses doigts, elle porte une alliance où est gravé le nom d¿Antonio. Œuvre du sculpteur de Carthagène Juan José Quirós Illán, elle a été réalisée à Madrid, dans la fonderie Bronce Artístico.

Colomb

Le monument à Christophe Colomb a été commandité par le ministre de la marine, Francisco de Paula Pavia, en 1882, en vue d¿être installé dans l¿arsenal. Le sculpteur espagnol Juan Sanmartin y Serra réalisa cette œuvre en marbre de Carrare dans la ville de Gênes. En 1900, la statue fut cédée à la ville, mais elle fut seulement installée lors de l¿urbanisation de la muraille de la mer. Le piédestal a été projeté par l¿architecte Lorenzo Ros, en 1920. La statue représente Colomb avec le bras tendu signalant la terre, qui n¿est autre que l¿iconographie la plus répandue du marin lorsqu¿il est représenté en statues.

Commandant Villamartín

Le commandant Villamartín, né à Carthagène, qui s¿est distingué dans l¿exercice de ses fonctions militaires, est devenu célèbre pour avoir été l'auteur de plusieurs œuvres importantes dans le domaine de la pensée historico-militaire. Après sa mort, les cérémonies se succèdent pour reconnaître publiquement ses mérites.  En 1926, un monument à son effigie est inauguré sur la place de la Merced. Un autre monument est inauguré dans le casernement de Tentegorra en 1990. L¿espace de Culture et d'Histoire militaire Commandant Villamartín voit également le jour.

L¿Ange Gardien

Sculpture qui représente les anges gardiens dans la rue d¿El Carmen, elle est l¿œuvre du sculpteur de Carthagène Juan José Quirós. La statue, de 1,8 mètres de haut, installée sur un piédestal de 50 centimètres, pèse 800 kilos et fait de Carthagène la première ville d¿Espagne à posséder un monument en l¿honneur du saint patron de la police nationale.

"El Icue" (Le Polisson)

Représentation du célèbre polisson de Carthagène qui déambule sur les quais de la ville, elle est l¿œuvre de Manuel Ardil Pagán.

S¿il existe une image typique et populaire, qui perdure dans le temps et caractérise la ville de Carthagène, c¿est bien celle qui se trouve en plein centre historique de notre ville, plus précisément porte de Murcia, à l¿angle des rues Sagasta, Carmen et Santa Florentina, en face du palais Pedreño.

Le Fusilier de la Marine

Premier monument du pays en hommage au fusilier de la marine espagnole, sur la place d¿El Rey de Cartagena.

Il consiste en une statue de bronze, grandeur nature, d¿un fusilier de la marine défilant au pas lent, réalisée par le sculpteur Jorge Aznar et qui s¿ajoute à d¿autres figures caractéristiques des forces armées. Avec ce monument, réalisé à partir de morceaux de bronze fournis par la marine, l¿intention est de rendre hommage à l¿infanterie de marine, l¿une des unités les plus anciennes qui existent dans la ville.

Le Marin Appelé

La sculpture du marin appelé prétend rendre hommage à tous ces jeunes qui, baluchon à l¿épaule, arrivaient à Carthagène pour y effectuer leur service militaire.

La statue, de corps entier, est réalisée en bronze et se trouve sur la place Héroes de Cavite y Santiago de Cuba, à côté de l¿hôtel de ville. Elle a été réalisée par l¿artiste de Carthagène Jorge García Aznar. La sculpture représente un jeune habillé de l¿uniforme de la marine et portant un baluchon sur son épaule.

Le Soldat Appelé

Hommage aux milliers de jeunes qui arrivaient à Carthagène pour y effectuer leur service militaire dans l¿armée de terre et, plus concrètement, dans le régiment d¿infanterie ¿Espagne 18¿.

Œuvre de Fernando Sáenz de Elorrieta, la sculpture représente un soldat assis sur l¿un des bancs de l¿esplanade Héroes de Cavite et vêtu de l¿ancien uniforme de l¿armée de terre, avec un baluchon volumineux à ses pieds.

"El Zulo" (La Cache)

À l¿extrémité ouest de l¿esplanade Héroes de Cavite y Santiago de Cuba, dans le port de Carthagène, se trouve cette colossale sculpture de Víctor Ochoa, spécialiste en sculpture monumentale. Hommage de la ville aux victimes du terrorisme, elle est réalisée en bronze creux, mesure 4,80 mètres et pèse deux tonnes. Elle représente la figure d¿un homme assis, nu et sans défense, qui tient ses jambes entre ses bras, la tête baissée, en position quasi fœtale.

Sculpture du Participant aux Processions

L¿un des monuments les plus emblématiques de la ville de Carthagène est le monument au ¿processionniste¿, en hommage à la Semaine Sainte et aux habitants de Carthagène qui participent aux processions.

Il s¿agit d¿un ensemble sculptural réalisé en bronze, œuvre du sculpteur Manuel Ardil Pagán. Il représente trois Nazaréens, personnages populaires de la Semaine Sainte de Carthagène, en grandeur nature.

Inauguré en 1983 et d¿abord installé sur la place de España, il se situe, à l¿heure actuelle, sur la place de San Sebastián, à côté de l¿édifice moderniste du Grand Hôtel.

Sculptures en plein air

En 2007, dans le cadre du festival ¿Mucho Más Mayo¿, eut lieu le Ier symposium national de sculpture en plein air. Au cours de ce symposium, quatre sculptures en marbre blanc de Macael furent réalisées. Elles peuvent aujourd¿hui être admirées dans les jardins de la promenade d¿Alfonso XII, au pied de la muraille de la mer:

Maternité, de Belén Ortas Núñez.
En regardant la mer, de Pepe Rufete Sáez.
Visage, de Jorge García Aznar.
En attendant, de Beatriz Carbonell Ferrer.

La Queue de la Baleine

Sculpture de cinq mètres de haut sur huit mètres de large, pesant environ 24 tonnes. Elle a été réalisée par le sculpteur Fernando Sáenz de Elorrieta, en acier corten. La sculpture simule le plongeon d¿une baleine dans les eaux du port de Carthagène (mammifère facilement observable lorsque l¿on sillonne les côtes de Cabo Tiñoso et Cabo de Palos, lieux de passage habituels lors des migrations de ces cétacés).

La Colonne Rostrale

Monument commémoratif du centenaire de l¿Assemblée des travaux du port, en 1977. Elle se trouve sur le port, à côté de l¿ancien club de régates et de la caserne d¿instruction de la marine, qui abrite actuellement les nouveaux bâtiments de l¿Université polytechnique et le musée naval.

La colonne rostrale, monument destiné à commémorer une victoire navale dont le nom trouve son origine dans le fait que le tronc est orné d¿éperons de navire, a été dessinée par Julio Mas García et exécutée matériellement par le sculpteur Antonio García Mengual.

Ce monument est réalisé en pierre de la Sierra Minera de Cartagena-La Unión. À la base de la colonne, ont été placées plusieurs reproductions d¿amphores faisant allusion au caractère commercial de ce port tout au long de son histoire.

Les Canons du Bassin de Botes

Ces douze pièces d¿artillerie sont installées sur des socles en béton, devant la façade de l¿ancienne caserne d¿instruction de la marine. Les canons appartiennent à l¿exposition permanente du musée. Il s¿agit de pièces de centaines de kilos qui ont été déclassées par la flotte espagnole. Ces douze pièces font partie d¿une collection de canons navals des XVIIIe et XIXe siècles, de provenances diverses, comme il ressort des armoiries gravées sur les tubes. Pour la plupart, ce sont des canons de calibre A24 livres; il y a également un obus de calibre A36 livres.

Un des canons a appartenu à la marine anglaise et lui a été retiré suite à la reconquête de Mahón ¿ sur le tube du canon, on peut voir le blason du roi Georges III d¿Angleterre. Citons également les 2 canons ayant appartenu à la flotte russe que le tsar Alexandre Ier vendit au roi Ferdinand VII, en vue de réprimer, en Amérique du Sud, la rébellion des provinces ¿ sur le tube de ces canons, on peut observer le blason de l¿aigle bicéphale, symbole du tsar.

Monument à Isidoro Máiquez

Pendant le mandat du maire Torres, plusieurs sculptures sont réalisées pour saluer et rappeler les prouesses et les vertus de personnages célèbres de la ville tout au long de l'histoire. C’est la raison pour laquelle le centre de la place de San Francisco est orné, depuis 1927, de la statue de l'acteur de Carthagène Isidoro Maiquez, œuvre de l’artiste de Valence José Ortells, qui avait été élève de Benlliure et lauréat de la première médaille de l'Exposition nationale des beaux-arts de 1917.

Monument aux Héros de Cavite et Cuba

Le monument fut réalisé grâce à une souscription publique levée par le roi Alphonse XIII lui-même. On décida de l'installer dans la ville de Carthagène, car elle était le port de départ du bataillon de Cuba et l'endroit d'où provenait une grande partie des contingents de militaires. 

Le monument, œuvre de Julio González Pola, sculpteur des Asturies, possède une base de 8 m et une hauteur de 15 m. Il est réalisé en pierre marmoréenne, ses reliefs et son blason sont en marbre noir. Au centre du socle, s'élève un obélisque où l¿on distingue deux figures allégoriques de la «Gloire», deux groupes allégoriques sur les faces principales et le blason en bronze de l'Espagne sur la partie principale. Le monument forme un carré de 16 m de côté. Sur chaque coin, sont installées des bornes d'où partent des chaînes de navire qui relient deux ancres verticales sur chaque face. Des aussières et autres éléments marins complètent la décoration de l'ensemble. En 1982, on restaura le monument aux héros de Cavite et Cuba en remplaçant les groupes allégoriques par des répliques en bronze. Comme pour la réalisation du monument original, cette restauration fut financée grâce à des souscriptions publiques et privées (les pièces originales sont conservées dans l'arsenal militaire de Carthagène). 

L¿Apôtre Jacques

Le monument à l¿apôtre Jacques est une image du saint, grandeur nature, réalisée en bronze, en 2007, par le sculpteur de Carthagène Juan José Quirós. La sculpture est d¿environ trois mètres de haut et se trouve sur le quai de Santa Lucía, au kilomètre zéro de ce que l¿on appelle le ¿chemin d¿El Azahar¿.

L¿image de l¿apôtre Jacques est accompagnée d¿une croix de plus de quinze mètres de haut, qui a été dessinée par Andrés Martínez et construite dans les ateliers de Tamar. Elle est située à côté de la peinture murale qui représente l¿entrée de l¿apôtre en Espagne, par le quartier des pêcheurs, et est l¿œuvre de Ramón Alonso Luzzy.